- Citations de Tresmontant -

« Il ne suffit pas d'affirmer. En métaphysique, comme en logique et comme en mathématique, il faut justifier. »

Les idées maîtresses de la métaphysique chrétienne, Seuil

« La clarté est l’honneur de l’intelligence. »

Problèmes de notre temps, F.-X. de Guibert

« Personne n’est pratiquement aussi efficace que celui qui avance un peu dans la vérité, qui découvre quelque vérité, qui revient d’un long silence et d’un long travail avec quelques idées claires et vraies.
Quelle économie de temps pour le monde ! Quelle économie de sang, quelle économie de douleur, quelle économie d’erreurs cruelles ! »

Les tâches de la pensée chrétienne aujourd’hui, F.-X. de Guibert

« Être aristotélicien et thomiste, aujourd'hui, au vingtième siècle, ce n'est pas partir des textes d'Aristote et de saint Thomas pour les commenter. C'est refaire, aujourd'hui, sur la base expérimentale qui nous est offerte par les sciences de la nature, ce qu'ils feraient : une analyse rationnelle qui va jusqu'au bout des exigences de la raison et qui respecte la réalité objective. »

Un philosophe pour aujourd'hui et pour demain, Le Monde, 7 mars 1974

« Ce que l'idée d'évolution a appris aux métaphysiciens (…) et aux théologiens, c'est que de fait la création s'est effectuée et continue de s'effectuer progressivement. C'est une composition qui est en train de s'effectuer, et nous sommes dedans. »

Introduction à la théologie Chrétienne, Seuil

« Il est de plus en plus difficile d’être athée aujourd’hui, maintenant que l’on a découvert que l’Univers, en son histoire, est comparable à une symphonie en train d’être composée. On ne peut pas soutenir que l’Univers se compose lui-même. »

Quel avenir pour le Christianisme ?, F.-X. de Guibert

« Tout se passe comme si l’histoire de la vie était orientée vers la formation d’un être pourvu de conscience et capable de se penser lui-même et de penser l’Univers dans lequel il vient d’apparaître. »

« L’histoire de la Création » in Problèmes de notre temps, F.-X. de Guibert

L’enseignement de Ieshoua de Nazareth, Seuil

« On présente très souvent l’enseignement évangélique comme s’il se réduisait à un vague moralisme, à un humanisme un peu sentimental, un peu efféminé. (…) Or, en méditant sur l’enseignement du dernier des
prophètes d’Israël, il nous a semblé qu’il contenait en fait une science, extrêmement riche et profonde. Non pas seulement, ni même d’abord, une “morale” comme on l’entend aujourd’hui, mais (…) les lois et les conditions, pour l’humanité, de son achèvement ultime, c’est-à-dire de sa divinisation. »

« L'intégrisme consiste essentiellement à durcir et à choséifier ce qui est in via, en développement, en genèse.
L'intégrisme est une fixation à la lettre. L'orthodoxie est esprit. Mais l'esprit n'est pas sans structure. »

Les idées maîtresses de la métaphysique chrétienne, Seuil

« En préconisant, et en pratiquant d'ailleurs réellement, la « piété » et la « charité » individuelle, l'imposture en chrétienté a été politique. »

La doctrine morale des prophètes d'Israël, Seuil

« Cette beauté, ce luxe de la création, indique qui est Dieu : il n'est pas ce dieu avare et triste, rancunier et comptable, mesquin, que veulent nous imposer tant de traités de spiritualité. Dieu est jubilation, son œuvre qui le manifeste est jubilation. »

Essai sur la connaissance de Dieu, Cerf

« C'est à l'intelligence que constamment Jésus fait appel. Il la sollicite ; le reproche constant dans sa bouche, c'est : 'Ne comprenez-vous pas, n'avez-vous pas l'intelligence ?' »

Essai sur la connaissance de Dieu, Cerf

« Le christianisme est d’abord une Pensée. C’est même la pensée créatrice de Dieu. Il importe de découvrir son contenu. »

Les tâches de la pensée chrétienne aujourd’hui, F.-X. de Guibert

« L’une des maladies principales du christianisme aujourd’hui est le fidéisme, c’est-à-dire une conception fausse de la foi, selon laquelle la foi serait séparée de l’intelligence et de la connaissance. »

Quel avenir pour le christianisme, F.-X. de Guibert

« La pensée de l’Église s'est toujours développée par crises, et l'on peut constater que lorsqu'il n'y a pas de crise, il n'y a pas non plus de développement, pas de progrès. (…) Dans son histoire, l’Église a connu de multiples crises de croissance et ce n'est pas fini. »

Les idées maîtresses de la métaphysique chrétienne, Seuil

« Le christianisme est une doctrine selon laquelle la création tout entière a un but, une finalité, et cette finalité n’est rien d’autre que la participation personnelle des êtres créées capables de cette destinée à la vie personnelle de Dieu. (…). Si l’on oublie, ou bien si l’on méconnaît cette finalité, toute la doctrine chrétienne devient inintelligible. »

Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques, Seuil

« L'élection d'Israël ne doit pas être comprise comme un choix arbitraire, voire injuste, que Dieu aurait fait d'une nation parmi les autres, pour lui confier son message et lui assurer une suprématie temporelle. C'est là une caricature, et une méconnaissance radicale de l'élection du Peuple de Dieu. L'élection du peuple de Dieu est
une création. 
»

La doctrine morale des prophètes d’Israël, Seuil

« Israël est un peuple germinal, le mutant d’une espèce nouvelle (…) qui commande à une transformation de l’humanité entière (…). La Révélation (…) est la communication par Dieu à l’homme d’une information (par
l’intermédiaire d’un homme, le prophète). »

Le Problème de la Révélation, Seuil

© 2019 par l’association Tsemach

  • Page Facebook de Claude Tresmontant